Le disque de bois.

Voici un excellent exemple qu’on ne peut pas TOUT faire en bois.

Faire un disque en bois est une bonne idée, ça doit faire joli sur un mur. Mais sur la platine faut pas être un génie pour se douter que le son ne va pas être cristallin du fait du matériaux.

Le projet a été réalisé par Amanda Ghassaei qui étudie au MIT Media Lab. Son domaine à elle c’est « la fabrication numérique, la science des matériaux, les interfaces tangibles et la conception d’outils logiciels qui facilitent le travail créatif / le jeu / l’apprentissage ». Un beau programme qui l’a amenée à jouer avec son laser et son imprimante 3D, et créer ces disques en bois, acrylique et papier où elle saccage Joy Division, Radiohead et les Velvet Underground (ce qui prouve qu’en plus d’être brillante, elle a du goût).

Et si vous êtes curieux de ce que ça peut donner avec les autres supports et groupes et que vos oreilles n’ont pas encore saigné, je vous invite à regarder la vidéo du projet où on voit le procédé de gravure et découpe au laser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *